L’œnotourisme connaît actuellement en France un essor considérable. C’est devenu maintenant à la mode de passer son week-end à découvrir des châteaux de vin au contact de ses propriétaires ou de guides vinicoles. Cette forme particulière d’agri tourisme permet de valoriser encore un peu plus un des plus grands produits français ; une part importante de notre patrimoine et de notre culture : le vin. Cependant, c’est peut-être l’aspect du vin que la France maîtrise le moins par rapport à d’autres pays. En effet, ceux que l’on peut qualifier de « nouveau monde » du vin ont su capter très vite l’opportunité que représentait l’œnotourisme. Dès les années 70, ces vignobles ont commencé à professionnaliser leur offre d’accueil et à la systématiser. Or, en France, c’est dès 1937 que les premières routes des vins se sont établies ! Mais l’offre touristique ne s’est vraiment développée ou professionnalisée autour des vignobles que bien plus tard.

 

Comment s’organise l’œnotourisme en France ?

Tout d’abord, il est clair que l’œnotourisme français a commencé comme un tourisme 100% rural. Avec les routes des vins, les premiers amateurs ont commencé à visiter des vignobles hors des sentiers battus à l’occasion de vacances à la campagne. Le découpage des appellations effectué par l’INAO (Institut National des Appellations d’Origine) a motivé les passionnés de vin à les visiter toutes, et à découvrir leurs spécificités. Chaque terroir est spécial et il revient alors aux vignerons de transmettre leur passion et leur savoir aux visiteurs. La Bourgogne a été la première région viti-vinicole à avoir sa route des vins. Ce que l’on peut trouver logique étant donnée l’importance et la renommée de cette région viticole.

oenotourisme en france

Toutefois, c’est bien dans le bordelais que l’activité a connu son premier souffle. En effet, la puissance commerciale et financière des châteaux du bordelais a fait mouche. Forts d’une appellation internationalement présente et de ressources considérables, ils sont les premiers à constituer une réelle offre de loisir. Ballades dans les vignes à cheval, circuits des 5 sens, repas en accords mets-vins … L’œnotourisme français s’est construit autour de ce genre d’activités. Plus récemment, les routes des vins font place à des labels : vignobles et découvertes, vignobles signatures … Les offices de tourisme qui faisaient autrefois le contact entre amateurs et vignobles sont supplantées par des plateformes en ligne comme Wine Tour Booking, Rue des Vignerons, les Grappes …

En termes de contenu, l’œnotourisme français se caractérise aujourd’hui par son aspect didactique et culturel. Les vignerons et guides sont souvent là pour transmettre un savoir, une passion. L’accent est bien souvent mis sur la notion de terroir ; très importante dans la structure de la filière viticole en France. Cela laisse souvent place à de beaux échanges entre des vignerons passionnés et des touristes curieux.

La professionnalisation récente de cette filière laisse apparaître de nouvelles tendances. Notamment l’accueil des entreprises dans les vignobles ; celles-ci viennent à l’occasion de séminaires ou encore de team building. Les ateliers qui leur sont proposés sont des plus dynamiques : stages de cuisine, master class, créer son propre vin… Ainsi de plus en plus d’entreprises se laissent tenter par ces formules. Enfin, une niche très haut de gamme attire une clientèle de plus en plus grande. Certaines propriétés proposent des offres extrêmement exclusives : survol en hélicoptère, séjour 5 étoiles, spa ou encore visites et dégustations privées avec le maître de chai. Cet œnotourisme haut de gamme vise principalement une clientèle étrangère qui a encore un peu de mal à se retrouver dans nos vignobles.

Et l’œnotourisme de nos voisins américains ?

oenotourisme aux USA

Dans le nouveau monde du vin (USA, Chili, Argentine, Australie, Canada …), les Etats-Unis sont le porte-étendard de l’œnotourisme moderne. L’histoire du vignoble américain est très récente. Elle remonte à peu après la colonisation du continent par les européens, qui ont apporté la viticulture avec eux. La Californie, qui représente le premier vignoble des USA, a débuté plus tard, à la fin du 18ème. Il s’est renforcé avec les vagues d’immigration européennes, et la ruée sur l’or du 20ème siècle.  Ainsi, ce vignoble n’avait pas énormément d’histoire à vendre, seules quelques sagas familiales sont encore répétées. Les américains se sont également affranchis de

la notion de terroir comme nous la connaissons. En effet ils préfèrent mettre en avant le cépage présent dans le vin comme argument de vente. Tout ceci les a forcé à développer un œnotourisme bien différent du nôtre. Tout d’abord, il est nécessaire de dire que les estates américaines ont compris bien plus vite que nous la manne commerciale que représentait cette activité. En plus du chiffre d’affaire qu’elle représente, celle-ci augmente les ventes de vins en direct et permet une fidélisation client très importante. D’autant plus que la communication et la vitrine d’une entreprise revêtent une influence dramatique sur les ventes outre-Atlantique.

Dans la vallée de Napa, le parti prit a été ferme, l’œnotourisme sera indissociable de la production viticole. Ainsi, dès le début des installations viti-vinicoles, le vignoble a été pensé pour être visité. Tout est plus grand et plus ouvert, pour permettre aux touristes de s’imprégner de l’atmosphère de la région. D’ailleurs, la plupart des bâtiments de la région sont très contemporains ; pensés pour ne faire qu’un avec le paysage naturel.

oenotourisme aux USADe plus, le but visé est différent là-bas. Les vignobles ont comme objectif premier de faire vivre une expérience à leurs visiteurs. Ceux-ci vont alors vivre la marque de vin. On compte beaucoup de shows, de circuits exceptionnels et d’expositions d’art ; la dégustation est également omniprésente. Le but est pour les vignobles de créer une expérience qui restera longtemps gravée dans la mémoire des visiteurs. Et pour cause, la structure de l’œnotourisme américain force les estates à être toujours au top ! En effet, la plupart de ces vignobles se visitent en circuit, ou les touristes seront amenés à en visiter 4, 5 dans la même journée. Il est donc primordial pour eux de proposer la meilleure expérience possible.

 

Plusieurs œnotourismes ?

Vous l’aurez compris, on ne passe pas la même journée si l’on visite un vignoble des deux côtés de l’océan. Si l’un est plus culturel, l’autre est plus expérimental. Toutefois, on assiste à un mélange des genres assez bien vu au fil des années. Le secteur européen se professionnalise, les offres se développent et se diversifient. De plus, les principes de modernité américains commencent à poindre jusqu’aux plus vieux bastions de nos terroir. Par exemple, la cité du vin, symbole de l’œnotourisme français, affiche une architecture audacieuse. Si sa forme évoque bien entendu le vin, versé pour certains et carafé pour d’autres, l’intérieur propose une visite très bien faite. Dans un circuit qui commence dans la cave et finit avec une vue panoramique imprenable, vous découvrirez l’histoire du vin depuis l’Antiquité. Très universelle, cette structure est à l’image du futur de la consommation de vin, et donc de l’œnotourisme : mondialisé.

 

Réservez votre séjour oenotouristique sur Wine Tour Booking !